04/11/2007

Journée idem.

Mutisme absolu.

Je n'arrive même plus à savoir si je dois aller près de ma fille, dans sa chambre, ou non.

J'ai toujours peur d'avoir des affronts, des insultes etc...

Ex de repas que je lui donne. (photo prise à 19h, je n'avais pas mon appareil à midi).

Un steak, haricots du jardin et purée. Un enfant qui n'a pas ce qui lui faut ( et il y a en a encore en Belgique), l'aurait bien mangé...

Je lui avais mis un petit écrit en lui expliquant pourquoi ses effets de quand elle était petite était encore là et qu'elle avait beaucoup de choix à faire.

Elle a des interdictions de faire et de s'amuser et elle ne s'en rend pas compte et cela c'est grave.

100_0289

19:33 Écrit par Caroline1234 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sap |  Facebook |

Commentaires

Bonjour, de passage par ton blog, je te dépose ce message de soutien dans ta lutte. Bon week-end.

Écrit par : vallou | 09/11/2007

Je n'ai pas de mots... ...je n'ai que mon coeur et mes larmes devant tant de souffrance et d'amour niés.
Nous sommes TOUS RESPONSABLES, par égoïsme, par lâcheté, par facilité, par faiblesse aussi, je veux dire par là, nous ne sommes pas coupables sinon de notre indifférence et de notre inaction. Quelle plus belle richesse qu'un enfant? Mais doit-on se le disputer comme un puit de pétrole? Doit-on se voiler la face en se disant que ça n'arrive qu'aux autres? Couple désuni, cela peut arriver à tous, et au fond ce n'est pas dramatique, chacun évolue à sa façon et son rythme, mais notre responsabilité de parents est de nous respecter en tant que tels et avant tout de respecter nos enfants. Leur refuser l'autre parent, c'est leur refuser une partie d'eux-mêmes, cela revient à les amputer, c'est aussi grave et aussi caché que les mines anti-personnel. Tout cela pour une guéguerre minable, pour le petit pouvoir de faire mal à l'autre qui nous a quitté, qui ne nous a peut-être pas compris, à moins que ce ne soit l'inverse? Ou bien doutons-nous tant d'être un bon parent que nous ayons besoin de salir l'autre? Les enfants se fichent de nos querelles stupides, ils aiment leurs DEUX parents, ont besoin des DEUX pour se construire et être forts dans un monde qui exige beaucoup (trop) d'eux. Nuire à l'autre parent, c'est nuire à notre enfant, c'est se nuire à soi-même, c'est suicidaire! Est-ce là l'exemple que nous voulons leur donner? Bien sûr, chacun pense agir pour le bien de l'enfant, mais que ceux qui n'en doutent jamais se posent tout de même la question: cela nous donne-t-il tous les droits? La réponse est non bien sûr, nous n'avons pas le droit de nier ou de dégrader le père, la mère de ces enfants, quelle que soit notre histoire, elle n'est pas forcément la leur. Et nous n'avons pas à nous en justifier devant eux.
Un mot pour les enfants: ne jugez pas vos parents, c'est un peu facile, attendez plutôt votre tour et montrez-vous capables de faire mieux. Alors seulement vous pourrez juger, mais vous ne le ferez plus car vous serez devenus...sages ;-)
Ciao!

Écrit par : Roberto Rodella | 13/11/2007

kikou ici andora je passe découvrir ce blog,que de souffrance pour une mère,courage,bonne journée,à bientôt.

Écrit par : andora | 13/11/2007

j'ai eu l'occasion de te rencontrer 2 fois je pense et je vois que tu te bats toujours autant. Courage

Écrit par : nadine | 13/11/2007

Comment vas-tu? Ca fait un bail...

Écrit par : Jean-Claude | 16/11/2007

Les commentaires sont fermés.